Leviers de gestion de la matière organique

Du le report «Des leviers de gestion de la matière organique», du Justine Papin, publié a La France Agrícole.

Selon les analyses de Benjamin Collins, d’Arvalis, le taux de matière organique (MO) évolue très lentement, mais plusieurs leviers peuvent être mobilisés pour maintenir ou modifier ce taux. La mise en place de cultures pluriannuelles dans les rotations (prairies, luzerne…) en est un exemple.

bottes de paille d’un champ de céréales – foto Artur Roman

Ainsi, l’effet des résidus dépend du rendement et du type de culture, et celui des couverts de la capacité à les mettre en place, et à produire de la biomasse, suivant la rotation et le climat.

Aussi, Arvalis a testé plusieurs «activateurs de sol» dans des essais d’une durée de quatre ans. Quel que soit le biostimulant, aucun n’a montré d’effet sur la teneur en matière organique du sol et deux essais sur trois n’ont pas eu d’impact sur la biomasse microbienne. «L’évaluation a porté sur quatre ans de pratique, c’est une période relativement courte pour observer des effets sur la MO, nuance Éloïse Gave. Arvalis poursuit ces tests, avec sept sites répartis sur le territoire»